Le massage thaï est un pur moment de bonheur, offrant un concentré de vitalité et de relaxation. Extrêmement complet, le massage thaïlandais conjugue les vertus de différentes techniques.  A découvrir !

Qu’est-ce que le massage thaïlandais ?

Shivago Komarpaj, le créateur du massage thaï. Sa statue trône à l’entrée du Palais d’Émeraude à Bangkok

Contrairement aux idées reçues, le massage traditionnel thaïlandais est né en Inde il y a plus de 2500 ans à l’initiative du docteur Jivako Kumar Bhaccha, yogi et ami de Bouddha. Influencé par le bouddhisme, Ayurveda et la Médecine traditionnelle chinoise, le massage thaïlandais s’inscrit dans la grande famille de la massothérapie. Cette technique s’est développée en Thaïlande dans les temples bouddhistes pour apaiser les muscles après les longues heures de méditation. Transmis oralement de moines en élève, ce massage, appelé Nuad (pression) Bo Rahn (ancien), a connu un véritable essor dès 1830 lorsque le roi Rana III a créé à Bangkok l’école de Wat Phô. Implantée dans le Temple du Bouddha Couché, elle est devenue l’un des hauts-lieux de l’enseignement, où les touristes peuvent à présent recevoir des massages thérapeutiques. Cette pratique fait partie d’un art de vivre quotidien familial pour harmoniser le corps et l’esprit.

Le massage thaïlandais est un massage holistique basé sur une vision énergétique de la santé. Il s’inspire du yoga et de la méditation, et est caractérisé par trois éléments principaux :

  • Les exercices d’étirement à la fois dynamiques et fluides : ils se font en duo avec l’intervenant, dans un rythme de va-et-vient continu, un peu à la manière d’un tango. Ces exercices sont généralement basés sur des postures de yoga, mais aucune connaissance préalable de cette discipline n’est requise.
  • Le travail « énergétique » : il consiste à exercer des manœuvres, des massages et des pressions sur des régions ou des points précis parcourant les lignes énergétiques du corps nommées sen. Ces lignes sont semblables aux méridiens en acupuncture. Le thérapeute exerce des pressions à l’aide de ses paumes et de ses pouces ou tapote les lignes énergétiques avec ses doigts. Il peut aussi utiliser ses bras, ses avant-bras, ses coudes et ses pieds.
  • Une attitude de méditation et de recueillement lors du massage : cela permettrait au thérapeute d’être intuitivement en contact avec son client.

Selon les praticiens, les manipulations, les exercices d’étirement et une attention particulière portée à la respiration favorisent la circulation sanguine et lymphatique et l’élimination des toxines. Le massage aide aussi à libérer les tensions musculaires et les blocages énergétiques, et redonne au corps souplesse et mobilité. L’effet relaxant du massage thaïlandais apaise le mental et induit un état de bien-être général, autant physique que spirituel.

Les grands principes

Inspiré de la philosophie ayurvédique, le système thaï considère que toute forme de vie est animée par une énergie invisible, le prana. Selon la tradition indienne, le prana circule dans le corps par les nadis, un réseau de 72 000 canaux énergétiques. Lorsque l’énergie est bloquée ou restreinte, un déséquilibre s’ensuit et entraîne des problèmes de santé. Pour traiter le corps tout entier, incluant les organes internes, le massage thaïlandais se concentre sur 10 des nadis, qui sont nommés sen.

Les 3 principes ou dosha  sont présents dans toute forme de vie :

  • le dosha vata, le principe de l’air et de l’éther, gouverne tout ce qui est en mouvement dans l’organisme (la circulation, la respiration, les battements de cœur);
  • le dosha pitta, le principe du feu, contrôle le métabolisme et la digestion;
  • le dosha kapha, terre et eau, contrôle la lymphe, les mucosités et l’hydratation.

Ainsi, un travail lent et doux réduit le vata, un travail accompli avec calme rééquilibre le pitta, et un travail réalisé avec fougue diminue le kapha.

Débloquer les énergies pour soulager les maux

 

 

  

Comment se passe une séance ?

Revêtu d’un sarong et une chemise ample le patient s’allonge sur le tatami.Il se pratique habillé donc sans huile.  Le massage commence par la plante des pieds. Cette zone énergétique importante reflète le corps tout entier et donne au masseur  une première indication sur les points forts et les points faibles du corps qu’elle masse.

En début de séance, le corps tendu, contracté, est comme une terre qu’il faut malaxer pour que, des muscles aux articulations en passant par le système circulatoire, il retrouve fluidité, légèreté et dynamisme. Toniques, subtiles, vigoureuses et rigoureuses, les manœuvres réalisées à l’aide des paumes, des coudes et des pouces sur les points et lignes d’énergie, sont faites de pétrissages des muscles, mais aussi de pressions profondes. On passe ensuite à une véritable séance d’étirements inspirés du yoga. Le corps est bougé dans tous les sens par le praticien. Il ne s’agit pas d’un massage statique, mais plutôt d’un enchaînement, presque d’une chorégraphie, fluide et énergique

C’est un soin tonique, fait de manœuvres énergiques.

Le masseur remonte les méridiens, faisant jaillir une géographie corporelle nouvelle, dotée de ses propres lignes et de ses points essentiels. Ouvrir les articulations grâce à des étirements où masseur et massé se prennent à bras le corps, comprimer en certains point la circulation sanguine pour nettoyer les vaisseaux et stimuler le QI, rouler du bout des doigts chaque vertèbre dorsale, étirer le dos, libérer la nuque des tensions qui restreignent sa liberté… la masseuse, pleinement concentrée, s’attelle à chacune de ses tâches.

Abandonné(e) telle une poupée à ces mains expertes qui ont une connaissance approfondie du corps humain, on se détend même si parfois on est surpris par les manipulations. Le massage thaïlandais n’a rien à voir avec des effleurements plus ou moins appuyés, le travail se fait en profondeur. Au bout d’une heure, on sort totalement détendu(e) mais pas endormi(e). Dès les premiers pas dans la rue, on redécouvre une  nouvelle aisance dans les mouvements,  on se sent bien, en pleine  possession de ses capacités physiques et mentales. Du pur bonheur ! Pour tout massage, il est recommandé de consulter des masseurs-kinésithérapeutes diplômés.

 

 

 

Les bienfaits du massage thaïlandais

En Thaïlande, le massage se pratique à titre préventif et thérapeutique.  Il est particulièrement efficace pour traiter les douleurs dorsales, les problèmes de circulation, les maux de tête, les insomnies, les angoisses, la fatigue généralisée, le stress etc. Pratiqué régulièrement il rend la vie quotidienne plus harmonieuse. Traditionnellement, on l’enseigne dans les temples bouddhistes, l’école la plus fameuse étant celle du Wat Po, de Bangkok. Le soin du corps n’est jamais loin de celui de l’âme. D’ailleurs le  massage thaï s’il dénoue les tensions physiques permet également de libérer les émotions négatives.

Choisir le massage thaïlandais, c’est agir sur son bien-être en général

  • Grâce aux manœuvres de pétrissage des muscles, il détend, dénoue les blocages et les tensions musculaires ; on retrouve ainsi toute notre énergie, notre vitalité. Les étirements quant à eux agissent sur la souplesse de notre corps. Plus globalement, le stress et la pression s’envolent, laissant place à une sensation de bien-être intense.
  • Le recours à la digitopuncture permet en pressant des points précis d’acupuncture de rééquilibrer le Qi, c’est-à-dire l’énergie vitale, présente en nous et autour de nous. Dans la tradition asiatique, toute maladie est liée à un déséquilibre du QI. Les énergies sont rééquilibrées, on retrouve une véritable harmonie du corps et de l’esprit. Cette pratique améliore également la circulation sanguine.
  • Enfin les étirements inspirés du yoga, le travail articulaire et les manipulations du squelette améliorent la fluidité et l’aisance corporelle.

Aucune souplesse particulière n’est requise, mais vous êtes active pendant la séance.

À la fois dynamiques et fluides, les manipulations, basées sur des postures de yoga, se font en duo, contrôlées par le praticien. Il accorde aussi une attention particulière à la respiration pour favoriser la circulation sanguine et lymphatique.

Comme après une séance de sport intensive, on peut avoir des courbatures. Elles s’estompent dès le lendemain, avec en prime une meilleure amplitude dans les mouvements et un mental apaisé. Tout rentre dans l’ordre !

Il est recommandé de bien vous hydrater après le massage !

 

Des herbes associées pour chasser les toxines

 

Le massage peut être compléter par l’utilisation de pochons chauds des pieds aux trapèzes. Renfermant tamarin, gingembre, curcuma, citronnelle  ils soulagent les microtraumatismes, favorisent la circulation et l’élimination des toxines ».

Il faut savoir que la médecine thaïe utilise les herbes depuis plus de 400 ans.

Tantôt glissés, tantôt tapotés ils apportent une détente extrême pour détendre les muscles malmenés par les mauvaises postures du quotidien.

Mais ils sont déconseillés aux enfants, aux femmes enceintes, en cas de maladie cardio-vasculaire, de lésions cutanées, ou de fragilité des os.

 

 

 

 

 

 

 

 

.